Le libre accès atteint un tournant décisif: Science-Metrix présente une étude sur le libre accès aux publications scientifiques à la Direction Générale de la Recherche et Innovation de la Commission Européenne

Publié le 2 août 2013

Trois nouveaux rapports de Science-Metrix sur la disponibilité des publications scientifiques en libre accès sont maintenant disponibles pour téléchargement. Ces rapports mettent en évidence la croissance supérieure aux estimations précédentes du libre accès à la littérature scientifique, montrant que près de 50% des articles publiés en 2011 sont maintenant disponibles en ligne gratuitement. Cette proportion équivaut à près du double des niveaux estimés lors d’études précédentes et confirme le glissement mondial vers le libre accès aux résultats de la recherche.

Ces trois rapports ont été préparés dans le cadre d’une étude sur le libre accès menée pour le compte de la Direction Générale de la Recherche et Innovation de la Commission Européenne. D’après Máire Geoghegan-Quinn, commissaire européenne à la recherche, à l’innovation et à la science “Ces résultats indiquent que le libre accès est bien établi. Rendre les résultats de recherche accessibles au public et contribue à l’avancement de la science et renforce notre économie axée sur le savoir."

Le premier rapport mesure la disponibilité des publications savantes dans 22 domaines de recherche, dans l’espace européen de la recherche, au Brésil, au Canada, au Japon, et aux États-Unis, de 2004 à 2011. L’étude estime que plus de 40% des articles publiés dans des revues avec comité de lecture dans le monde pendant cette période sont maintenant disponibles en ligne gratuitement, alors que dans plusieurs pays et disciplines, cette proportion est supérieure à 50%. Par exemple, la majorité des articles sont disponibles en libre accès dans les domaines des sciences et technologies générales, de la recherche biomédicale, de la biologie, et des mathématiques et statistiques. Le libre accès est plus limité dans en sciences sociales, humanités, sciences appliquées, génie et technologie.

Le second rapport, centré sur les politiques relatives au libre accès, montre que les gouvernements et autres organismes de financement tendent à adopter de plus en plus de telles politiques. Dans un échantillon de 48 organismes de financement de la recherche, le rapport révèle que la majorité d’entre eux acceptent les deux formes majeures de libre accès : les articles rendus disponibles en libre accès par le biais de revues (voie «dorée» et voie «hybride») et les articles rendus disponibles par l’auto-archivage (voie «verte»). Le libre accès différé est généralement admis, puisque 75% des organismes de financement permettent des périodes d’embargo de 6 à 12 mois.

Le troisième rapport montre que le libre accès aux données scientifiques est moins développé que et plus difficile à mettre en place que le libre accès aux publications savantes, autant en termes de politiques que d’infrastructures. Le libre accès aux données de recherche évolue rapidement dans un environnement où les citoyens, les institutions, les gouvernements, les organismes à but non-lucratif et le secteur privé collaborent de façon plus ou moins structurée afin de développer l’infrastructure, les standards, les prototypes et les modèles d’affaires requis.

Pour accéder aux rapports, veuillez utiliser les liens suivants :

[HTML] – Information sur la Commission Européenne